L’Assemblée générale des Nations Unies en 1954, a marqué les 20 Novembre comme Journée mondiale de l’enfant, qui vise à assurer le bien-être des enfants à travers le monde et de rappeler les adultes que les enfants en tant que membres égaux de toute société ont leurs droits et ils devraient être respecté.

le 20 Novembre 1959, Assemblée générale de l’ONU a adopté la Déclaration sur les droits de l’enfant, et en 1989, a adopté la Convention relative aux droits de l’enfant, que la République de Macédoine l’a ratifié en 1993.

Tous les États membres qui ont ratifié la Convention relative aux droits de l’enfant, l’article 19 de la Convention relative aux droits de l’enfant sont tenus de prendre toutes les mesures législatives, administratives, sociales et éducatives appropriées pour protéger l’enfant contre toutes les formes de violence physique ou mentale, blessure ou d’abus, de négligence , de mauvais traitements ou d’exploitation, y compris les abus sexuels.

Les enfants sont un groupe social très vulnérable qui peut facilement être exposés aux abus et à la violence, et on implique la nécessité de protéger les droits des enfants. Les enfants sont exposés à la violence, l’exploitation, la victimisation par les adultes, mais aussi de la faim, la maladie et le manque de conditions socio-économiques pour une vie saine et active dans les pays pauvres ou en développement. Un problème supplémentaire de l’accès des enfants à l’éducation, l’exploitation du travail des enfants travaillant à travers la mendicité, le travail dans les usines et le travail illégal dans l’industrie du sexe. Un des plus grands problèmes auxquels le monde est le trafic d’enfants et d’organes, qui est principalement utilisé dans des environnements où les enfants n’ont pas des conditions pour obtenir des documents personnels.

Aussi, les enfants du pays face au danger deviennent victimes de la traite des enfants et d’organes, le proxénétisme et le travail du sexe et de l’exploitation en travaillant dans la rue. En particulier,les enfants de la communauté rom en tant que vulnérables et marginalisés rencontrent des problèmes de groupe. Ils rencontrent des problèmes lors de l’enregistrement civil des nouveau-nés et la délivrance de documents d’identité.